amélioré en 2007

Choisir un vin

Choisir une bouteille pour l’acheter est difficile (ça, vous le saviez). Vous trouverez ici de quoi vous aider.

 

Comment lire une étiquette

étiquette de Ropiteau Frères, Chambertin-Clos-de-Bèze, 1980 Les mentions figurant sur l’étiquette vous renseignent sur le type de vin mais pas sur sa qualité :

  • Le système d’AOP est maltraité par "la filière" (explications ici).

  • Je nuance la notion de millésime ici.

  • « Mise en bouteille à la propriété » est utilisable par tous (même les coopératives).

  • « Élevé en futs de chêne » donne une indication de style, pas une indication de qualité.

  • Les médailles ne sont jamais décernées que parmi les concourants.

  • Aucun vin n’est « biologique ».

  • N’importe quel vin « contient des sulfites », presque toujours en quantité suffisante pour devoir l’indiquer sur l’étiquette.

Des conseilleurs à éviter

Feuilletez les magazines mais ne les croyez pas. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’ils alimentent le discours dominant : ils ne vous apprendront rien de fiable. Leur conformisme est en parti dû à leur mode de financement : les journaux sont liés aux producteurs (pour la publicité notamment).

étiquette de Rüdesheimer Berg, Allemagne, 1775 Ne vous fiez pas aux supermarchés et à la grande distribution en général. Là, c’est l’acheteur qui fait le catalogue (la centrale d’achat est en position de force). Ce qu’il recherche, c’est un seul gout par appellation, au prix le plus bas, en grande quantité (d’où le nivellement par la typicité).

Comme le disait un excellent importateur états-unien (Dressner en 2002) : « tout producteur de qualité fuit les hypermarchés comme la peste ».

Les vins intéressants que l’on trouve en supermarché en France sont issus d’une énorme production et servent de « produits d’appel » (deux exemples ici).

Ceci est vrai à l’année. Les « foires aux vins » peuvent apporter quelques rares bonnes surprises.

Gestion de relations humaines

Pour toutes les raisons données ci-dessus, le plus simple et fiable est de trouver quelqu’un de confiance : un guide des vins que vous allez gouter.

  • N’achetez pas en quantité les vins nouveaux : attendez une recommandation sûre.

  • Si une cuvée vous plait au restaurant, essayez une autre référence de la carte. Si elle vous plait aussi, discutez avec le sommelier.

  • Si un vin vous plait chez un caviste, discutez avec lui et retournez le voir régulièrement. Une sélection de cavistes est consultable par la boite de recherche en haut ou en bas de page.

  • Si une cuvée vous parle spécialement, suivez son vigneron ou son vinificateur...

  • Cherchez des critiques indépendants sur l’internet — des sites personnels et des forums — et trouvez leur biais (où va leur préférence). Bien sûr vous pouvez commencer par mes recommandations.


 

Vous trouverez ici des bonnes adresses et là une aide à la recherche dans la série d’articles sur « commencer puis gérer sa cave » :

Le Touquet 62  |  Montpellier 34  |  Belleville 75

 

Haut de page